Asymetria - revue roumaine de culture, critique et imagination

Modules

  • Home
  • Arhive
  • AutoTheme
  • AvantGo
  • Avertizari
  • Conþinuturi
  • Submit_News
  • Surveys
  • Top
  • Topics

  • Who's Online

    Exista in mod curent, 43 gazda(e) si 0 membri online.

    Sunteti utilizator anonim. Va puteti inregistra gratuit dand click aici

    Cautare în labirint




    Languages

    Select Interface Language:


    Geopolitica: Nicolae Trifon, Voyage en Dardanie ulpienne, aujourd'hui Kosovo (I)
    Scris la Saturday, December 02 @ 15:30:13 CET de catre asymetria
    Etnografie Au cœur d’une actualité controversée que je scrutais à la loupe et qui aura marqué les débuts et l’épilogue de la crise yougoslave, le Kosovo était aussi le théâtre d’incessants conflits et tensions auxquels mieux valait s’abstenir de s’en mêler. Le cul du monde, en quelque sorte, que j’avais d’autant moins envie de voir de plus près que ce monde était aussi le mien.

    Nicolae TRIFON



    Voyage en Dardanie ulpienne, aujourd’hui Kosovo (I) Nicolas Trifon | jeudi 9 novembre 2017
    Pris par d’autres obligations, je n’ai rien fait pour préparer mon voyage à Pristina où je devais assister à une conférence sur le journalisme d’investigation et participer à un séminaire du Courrier des Balkans. J’appréhendais quelque peu l’idée de me rendre au Kosovo, pays que j’avais soigneusement évité lors de mes nombreux voyages dans la région...

    Au cœur d’une actualité controversée que je scrutais à la loupe et qui aura marqué les débuts et l’épilogue de la crise yougoslave, le Kosovo était aussi le théâtre d’incessants conflits et tensions auxquels mieux valait s’abstenir de s’en mêler. Le cul du monde, en quelque sorte, que j’avais d’autant moins envie de voir de plus près que ce monde était aussi le mien. Mercredi, après-midi Pourtant, tout allait se passer pour le meilleur lors de mon séjour. Aéroport flambant neuf, une très belle lumière qui adoucissait l’agressivité d’un paysage urbain chaotique surchargé de réclames en tout genre, puis arrivée à l’hôtel en dehors de la ville, situé au bord d’un immense champ, dernier bâtiment de maisons paysannes et de villas assez clairsemées. L’eau de la piscine, l’architecture minimaliste de l’hôtel et surtout ce champ que je n’allais plus me lasser de contempler m’ont fait d’emblée une forte impression. Petit à petit, j’allais apprendre des choses qui renforceront cette impression et accroître le plaisir qu’elle me procurait. L’hôtel a été fondé par un Suisse amoureux des lieux qui a fait appel à un architecte albanais installé dans son pays. La plupart des membres du personnel étaient des Roms, ce dont j’ai mis un bon moment pour m’en convaincre. Très naturels, aimables, ils n’avaient pas moins un air réservé et un peu mystérieux par rapport aux Albanais et aux Serbes que j’ai pu croiser lors de mon séjour. Questionné sur la langue qu’ils parlaient, l’un d’entre eux, au courant que j’étais né à Bucarest, m’a fait remarquer sur un ton goguenard que le romani ce n’est pas du roumain. C’était assez drôle puisque d’habitude ce sont les Roumains qui font tout pour dire qu’ils ne sont pas Roms. Puis, surtout, j’ai appris que l’immense champ en question, en friche, à l’exception de quelques rares parcelles cultivées, correspondait à la cité construite par Trajan (Marcus Ulpius), au lendemain de la conquête de la Dacie, au cœur de la Dardanie, cité qui avait fait l’objet de fouilles archéologiques il y a quelque temps.

    Bref, parti pour un Kosovo réputé sous-développé, traversé de haines multiples et assisté par une Europe impuissante, je me retrouvais moyennant le confort de l’hôtel, la gentillesse des gens qui m’entouraient et la vue de cette immense plaine riche en histoire en pleine Dardanie ulpienne. Plutôt que de me prendre la tête avec des problèmes que je devinais insolubles je sautais sur l’occasion inattendue de m’adonner à quelques rêveries sur l’Antiquité romaine inspirées par la nature ambiante. Jeudi, à Pristina La participation à la conférence sur le journalisme d’investigation qui a eu lieu le lendemain n’a pas vraiment perturbé l’état de grâce dans lequel je me trouvais depuis l’arrivée dans le pays. Cela se passait à l’Université, dans des locaux sans doute plus accueillants que les immeubles en construction collés les uns contre les autres de la capitale ou les magasins et hôtels tape à l’œil du centre-ville.

    Le moment fort fut l’intervention du journaliste monténégrin Jovo Martinoviæ qui venait de passer quatorze mois en prison accusé de trafic de cannabis parce qu’il enquêtait sur le trafic de cannabis. « Ce sont toujours les mêmes hommes, le même régime communiste qui se perpétuent depuis des années, et la mentalité qui va avec et qui voit partout des espions », expliquait-il en substance. Bien que marqué moi-même par les méfaits du communisme, j’ai trouvé cette explication un peu exagérée. Puis j’ai réfléchi et je me suis dit que le communisme, sous ses différentes formes, titiste y compris, a su très bien cultiver ce réflexe ancestral de voir dans celui qui formule une quelconque critique ou apporte une information déplaisante sur sa communauté un élément extérieur qu’il est impératif de rejeter. Le cas monténégrin semble édifiant mais, pendant la guerre froide, il y a eu des phénomènes similaires aux États-Unis. Cela étant dit, est-ce aux journalistes de procéder à de telles investigations ? Sans doute si personne d’autre ne s’en charge. Mais encore, je ne saurais répondre clairement à ce genre de question comme à toutes celles concernant les « affaires » qui abondent dans la région et qui passionnent parfois même un certain public du Courrier des Balkans. La collation offerte par l’ambassadeur de Suisse au Kosovo a eu lieu dans un restaurant situé non loin de l’Université. Elle a confirmé l’excellence des mets kosovars - et je parle en connaissance de cause - déjà goûtés à l’hôtel. Ce fut la seule journée passée à Pristina, ville pas très plaisante en apparence pour y vivre, mais bien vivante. En tout cas, l’atmosphère lugubre décrite par Kadare dans Le cortège de noce s’est figé dans la glace, livre que j’ai dû lire à sa sortie, donc il y a un bon moment, semble appartenir définitivement au passé. Pour les Albanais tout au moins.

    Voir aussi la seconde partie du journal : https://www.courrierdesbalkans.fr/Voyage-en-Dardanie-ulpienne-aujourd-hui-Kosovo-II
    Associated Topics

    Transversale


    Asymetria si Dan Culcer va recomanda





    Enciclopedia României

    Blogul ideologic. Titus Filipaș

    Ioan Roșca
    Contrarevoluția din România. O cercetare

    Antiakvarium. Antologie de texte ideologice vechi și noi

    Constantin Noica: Cultura, performanta, antrenor

    Revista Verso



    Geovisite

    Revista NordLitera

    Arhiva Asymetria, începând cu septembrie 2000, este stocatã și accesibilã consultãrii la adresa Internet Archives-Wayback Machine

    Universitatea din Lausanne. România : Hãrți interactive. Geografie, demografie, climatologie, degradãri, regiuni istorice. Colaborare helveto-românã.
    Etimologii. Resurse lingvistice

    Azi

    Inca nu exista cel mai bun articol, pentru astazi.

    Societatea de maine

    Daca nu acum, atunci cînd?
    Daca nu noi, atunci cine?

    S'inscrire a Societatea de maine
    Intrati in Societatea de maine
    Exercitiu colectiv de imaginatie sociala
    Inscriere : fr.groups.yahoo.com
    Se dedica profesorului Mircea Zaciu

    Ferește-te deopotrivã de prietenia dușmanului ca și de dușmãnia prietenului.
    Viteazul priveºte pericolul; cutezãtorul îl cautã; nebunul nu-l vede.
    Nicolae Iorga

    Sondaje

    Regionalizarea sau dezmembrarea. Este acceptabilã pentru români aceastã prop




    Rezultate | Chestionar

    Voturi 0

    Identificare

    Nickname

    Parola

    Inca nu aveti un cont? Puteti crea unul. Ca utilizator inregistrat aveti unele avantaje cum ar fi manager de teme, configurarea comentariilor si publicarea de comentarii cu numele dvs.




    copyright Dan Culcer 2008
    Contact Administrator — dan.culcer-arobase-gmail.com
    «Cerul deasupra-ti schimbi, nu sufletul, marea-trecand-o.» Horatiu in versiunea lui Eminescu.
    Responsabilitatea autorilor pentru textele publicate este angajata.
    PHP-Nuke Copyright © 2005 by Francisco Burzi. This is free software, and you may redistribute it under the GPL. PHP-Nuke comes with absolutely no warranty, for details, see the license.
    Page Generation: 0.46 Seconds