Asymetria - revue roumaine de culture, critique et imagination

Modules

  • Home
  • Arhive
  • AutoTheme
  • AvantGo
  • Avertizari
  • Conþinuturi
  • Submit_News
  • Surveys
  • Top
  • Topics

  • Who's Online

    Exista in mod curent, 43 gazda(e) si 0 membri online.

    Sunteti utilizator anonim. Va puteti inregistra gratuit dand click aici

    Cautare în labirint




    Languages

    Select Interface Language:


    Geopolitica: Nicolae Trifon, Voyage en Dardanie ulpienne, aujourd'hui Kosovo (II)
    Scris la Saturday, December 02 @ 15:40:03 CET de catre asymetria
    Geopolitica A Graèanica, au Kosovo, il suffit de traverser la rue qui sépare l’imposant ensemble monastique des petits commerces grouillant de monde du centre-ville de l’enclave serbe pour se faire une idée des changements survenus au cours des siècles dans ces contrées.
    Nicolae TRIFON
    https://1.bp.blogspot.com/-FfeQg6S_osY/WiLBDFJwa-I/AAAAAAAAFVo/Ze9TdqE7G6Y2KpVdl4jvwffigyRbsD2QQCLcBGAs/s1600/EgliseGra.png


    Voyage en Dardanie ulpienne, aujourd’hui Kosovo (II)
    Nicolas Trifon | mardi 14 novembre 2017

    A Graèanica, au Kosovo, il suffit de traverser la rue qui sépare l’imposant ensemble monastique des petits commerces grouillant de monde du centre-ville de l’enclave serbe pour se faire une idée des changements survenus au cours des siècles dans ces contrées.

    Vendredi Le séminaire de travail à proprement parler a eu lieu vendredi. Ce fut surtout l’occasion pour moi de réaliser à quel point je suis impressionné par les jeunes Français/es et autres Occidentaux/les qui s’installent pour un temps pour vivre dans les pays balkaniques ou continuent d’entretenir de relations étroites avec ces pays après les avoir quittés. Il y a sans doute une certaine chaleur, une espèce de tendresse, une complicité qui s’installe dans les contacts qu’ils peuvent avoir au quotidien, sur fond certes d’innombrables difficultés, de pauvreté et même de misère, avec des gens parfois très différents, qu’ils découvrent et qui les découvrent, avec des jeunes et des moins jeunes au même cursus qu’eux, mais qui ont suivi ou qui vont suivre d’autres trajets...
    Bien qu’ayant passé plus de temps en France qu’en Roumanie, chaque fois que je retourne au pays je me sens un peu comme si je ne l’avais jamais quitté, autrement dit je retrouve assez vite les raisons qui m’avaient conduit à le quitter. C’est peut-être pour cela que je suis si admiratif devant mes nouveaux compatriotes qui se passionnent pour des lieux que me sont toujours chers mais que j’ai fuit en quelque sorte. Une seule fois j’avais envisagé de m’y réinstaller, fin décembre 1989. Quelques heures seulement, le temps de faire le tour des points chauds du centre-ville bucarestois, ont suffi pour m’en dissuader. La raison est que, hier comme aujourd’hui, je ne vois pas de projet collectif qui tienne la route, qui me motive suffisamment pour le faire. Aussi ai-je trouvé la solution peut-être la plus commode en renouant avec le petit monde aroumain auquel je suis lié de par mon histoire personnelle, avec les problèmes de ce monde dont le centre de gravité se trouve assez loin de la Roumanie, au cœur des Balkans. C’est d’ailleurs pour cette raison que je suis attaché au Courrier des Balkans et que je me trouve en ce moment au Kosovo, plus précisément dans l’enclave serbe de Graèanica, où est sis notre hôtel, situé à la lisière de ce beau champ en friche correspondant au site antique.

    Samedi matin Levé de bonne heure, je quitte l’hôtel sous un épais brouillard pour prospecter les alentours. Au centre-ville, si on peut appeler ainsi ces immeubles plutôt délabrés habités souvent par des Roms, se font face quelques commerces assez animés à cette heure matinale et les murets qui entourent le monastère de Graèanica.
    C’est l’heure de la messe. Une petite vingtaine de personnes, dont la moitié sont des bonnes sœurs, y assiste, alors que l’enclave compte une dizaine de milliers d’habitants. Le prix des cierges est annoncé en dinars et ce sont des billets de la monnaie en vigueur en Serbie que j’aperçois dans l’assiette destinée à recueillir l’obole des fidèles alors que les prix des légumes sont affichés en euro dans les échoppes de l’enclave. Au son si familier de la messe, que j’apprécie encore plus quand je ne comprends pas les paroles, je prends mon temps pour regarder les fresques. Un vrai régal, puisque en matière de peinture médiévale orthodoxe j’ai toujours voué un culte à celle dite serbo-byzantine, de Kosovo-Métochie, moins dépendante des canons que celle de Byzance et plus complexe que celle des monastères du nord de la Moldavie bâtis quelques siècles plus tard.
    Décidément, il suffit de traverser la rue qui sépare l’ensemble monastique des petits commerces grouillant de monde du centre-ville de l’enclave pour se faire une idée des changements survenus au cours des siècles dans ces contrées.

    Après la messe, le pays en long, en large et en travers 9 h 30, retour à l’hôtel, petit déjeuner copieux suivi d’une véritable tournée à travers le pays dans un car affrété à ce dessin : visite du site archéologique d’où on aperçoit notre hôtel, ascension au sommet de la tour surplombant le champ de la fameuse bataille, coup d’œil, de loin, sans s’arrêter, sur la Maison de culture dans laquelle Milosevic a lancé sa croisade nationale-communiste, visite guidée du tombeau de Murad, balade dans les ruelles de Prizren. Dans cette ville, nous entrons au cœur de l’histoire moderne de l’Albanie, et, si nous n’avons pas eu le temps de visiter le musée de la ville situé dans une belle bâtisse ottomane où s’était réunie la Ligue au début du siècle passé, nous avons pu voir plusieurs monuments érigés un siècle plus tard dans le plus pur style réaliste socialiste à la gloire des combattants de l’UCK…
    L’itinéraire fut conçu et accompagné d’explications aussi savantes qu’instructives par J.-A., historien avant d’être journaliste et surtout grand amoureux de ce pays à tel point qu’il arrive à en transmettre une image réconciliée, apaisée, moyennant parfois quelques subtilités théologiques. Invité par un ange à choisir entre un royaume céleste et un royaume terrestre, Lazar [Hrebeljanoviæ] aurait choisi le royaume céleste, nous dit l’histoire rapportée par J.-A. dans le car. Dans ce cas, poursuivit-il, ne pourrait-on pas rétorquer à ceux qui déplorent la perte du Kosovo considéré comme la terre sainte des Serbes que le futur saint martyr de ces derniers, le prince Lazar, avait justement choisi un royaume céleste, qui ne saurait se confondre avec un royaume terrestre…
    La dernière étape de la tournée de samedi, la visite à Velika Hoèa de la cave d’un vigneron suivie d’une séance de dégustation de toute sortes de raki et d’un repas copieux, aura renforcé ce sentiment d’apaisement auquel on n’a pas souvent droit dans la région. Sixième génération de vignerons, notre hôte nous montre fièrement, accroché au mur dans un encadré, un firman rédigé en turc avec des caractères arabes confirmant le droit accordé à sa famille de produire du vin sur ses terres. Il est serbe, sa famille aussi, et, avec les autres vignerons albanais du coin, ils s’entre-aident volontiers, nous explique-t-on. Ce furent les seuls Serbes avec lesquels nous avons eu l’occasion de nous entretenir au cours de ce voyage, mais alors quelle hospitalité…

    Dimanche matin Réveillé très tôt, comme d’habitude, j’entame une dernière escapade sur une petite route menant à travers le champ au site archéologique visité la veille. Au fur et à mesure que j’avance, les détritus s’accumulent sur les deux bords du chemin en sorte qu’à un moment donné, le brouillard aidant, je ne sais plus très bien par où continuer. Rebroussant le chemin, mon regard se pose sur les indications des panneaux bilingues plantés aux différents carrefours. Comme un peu partout au Kosovo, une des deux versions, ici l’albanaise, est grossièrement effacée. Puis mon regard est attiré par un panneau qui a échappé au vandalisme. En m’approchant, je comprend il est rédigé en anglais. C’est peut être mieux ainsi, après le latin au temps des Romains, le grec byzantin, le turc pour l’administration et le français pour la diplomatie, pourquoi pas l’anglais si cela peut apaiser les esprits ? Mais, pas plus que la plupart des habitants de ces terres ne parlaient pas autrefois le latin, le grec, le turc ou le français, leurs successeurs ne risquent pas d’apprendre tous l’anglais. Autrement dit, ils sont condamnés à s’entendre entre eux, de proche en proche, dans la langue des uns et des autres.

    Nicolae TRIFON
    Voir aussi la première partie du journal : https://www.courrierdesbalkans.fr/Voyage-en-Dardanie-ulpienne-aujourd-hui-Kosovo-I
    Associated Topics

    Memoria


    Asymetria si Dan Culcer va recomanda





    Enciclopedia României

    Blogul ideologic. Titus Filipaș

    Ioan Roșca
    Contrarevoluția din România. O cercetare

    Antiakvarium. Antologie de texte ideologice vechi și noi

    Constantin Noica: Cultura, performanta, antrenor

    Revista Verso



    Geovisite

    Revista NordLitera

    Arhiva Asymetria, începând cu septembrie 2000, este stocatã și accesibilã consultãrii la adresa Internet Archives-Wayback Machine

    Universitatea din Lausanne. România : Hãrți interactive. Geografie, demografie, climatologie, degradãri, regiuni istorice. Colaborare helveto-românã.
    Etimologii. Resurse lingvistice

    Azi

    Inca nu exista cel mai bun articol, pentru astazi.

    Societatea de maine

    Daca nu acum, atunci cînd?
    Daca nu noi, atunci cine?

    S'inscrire a Societatea de maine
    Intrati in Societatea de maine
    Exercitiu colectiv de imaginatie sociala
    Inscriere : fr.groups.yahoo.com
    Se dedica profesorului Mircea Zaciu

    Ferește-te deopotrivã de prietenia dușmanului ca și de dușmãnia prietenului.
    Viteazul priveºte pericolul; cutezãtorul îl cautã; nebunul nu-l vede.
    Nicolae Iorga

    Sondaje

    Regionalizarea sau dezmembrarea. Este acceptabilã pentru români aceastã prop




    Rezultate | Chestionar

    Voturi 0

    Identificare

    Nickname

    Parola

    Inca nu aveti un cont? Puteti crea unul. Ca utilizator inregistrat aveti unele avantaje cum ar fi manager de teme, configurarea comentariilor si publicarea de comentarii cu numele dvs.




    copyright Dan Culcer 2008
    Contact Administrator — dan.culcer-arobase-gmail.com
    «Cerul deasupra-ti schimbi, nu sufletul, marea-trecand-o.» Horatiu in versiunea lui Eminescu.
    Responsabilitatea autorilor pentru textele publicate este angajata.
    PHP-Nuke Copyright © 2005 by Francisco Burzi. This is free software, and you may redistribute it under the GPL. PHP-Nuke comes with absolutely no warranty, for details, see the license.
    Page Generation: 0.42 Seconds